Faire du dropshipping : Arnaque ou bon plan ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Sommaire

Si vous me suivez sur ce blog, vous pouvez constater que depuis un certain moment, j’ai engagé une lutte contre les arnaques. Aujourd’hui, j’aimerais répondre à une question récurrente que l’on me pose souvent : « le dropshipping, est-ce une arnaque ou un véritable bon plan pour gagner de l’argent ? »

Pour vous donner une réponse rapide : c’est « oui » ! C’est un bon plan, mais ce n’est pas un moyen de gagner de l’argent facile. Le dropshipping demande beaucoup de travail. Et devenir dropshipper exige une compétence technique dans ce domaine d’activité afin que vous ne soyez pas pointé du doigt comme un charlatan ou comme un nouvel apprenti voulant tout simplement faire fortune sur Internet.

Encore une fois, je peux vous dire que le dropshipping n’est pas du tout un faux bon plan. C’est une activité tout à fait légale, mais il devient problématique dès lors que ses acteurs induisent leurs clients en erreur. Alors, voulez-vous savoir comment faire du dropshipping ? Combien peut-on gagner avec ce business ? Poursuivez votre lecture jusqu’à la fin de cet article !

Dropshipping : définition simple du concept

Je pense que la définition selon Wikipédia résume clairement le concept du drop shipping (livraison directe, en français). En effet, « le drop shipping est un système tripartite dans lequel un client passe une commande sur un site internet d’un commerçant, lequel transmet la commande au fournisseur, lequel prend en charge les stocks et la livraison ».

Comme vous pouvez l’apercevoir, il existe trois acteurs différents :

  • Le client – le consommateur qui vient acheter un produit ;
  • L’e-commerçant – le distributeur de produits qui s’occupe de générer un maximum de ventes ;
  • Le fournisseur – le grossiste en dropshipping qui s’occupe de la production et de la logistique (gestion de stocks, livraison) du produit ;

En tenant compte de cette définition, il semble important de souligner que c’est déjà un système très utilisé par la majorité des places de marché telles que Rueducommerce, Amazon, Ebay ou autres encore.

Vous savez très bien que ces places de marché proposent à des entreprises, à des marques ou à des particuliers de vendre leurs produits en échange d’une commission sur chaque vente réalisée. Je vais prendre un exemple : sur Amazon lorsque vous achetez un produit, ce n’est pas Amazon, mais bien le marchand qui a mis en vente le produit et qui s’occupe de vous l’envoyer. Ça, c’est du dropshipping !

Toutefois, en raison de l’évolution du e-commerce, de nombreux vendeurs choisissent de créer leur propre site marchand pour faire du dropshipping. Et pour cause, le concept a tout pour plaire : il n’exige que peu d’investissement de départ, il n’y a aucune partie logistique à gérer, d’autant plus que des outils tout-en-un sont aujourd’hui mis à la disposition des e-commerçants pour créer une boutique en ligne à moindre coût. À ne citer que Dropizi ou Shopify.

Ainsi, lorsqu’un consommateur effectue une commande sur un site d’un dropshippeur, celui-ci encaisse l’argent, tire son bénéfice avant de passer à son tour la commande à son fournisseur qui livre directement le consommateur. En général, ce sont les géants du commerce en ligne tels qu’Aliexpress et Wish qui sont les principaux fournisseurs. Et justement, le dropshipping est pris d’assaut par de nombreux amateurs qui utilisent à tort et à travers le dropshipping.

Ne vous étonnez pas si le dropshipping est pointé du doigt comme une arnaque, car l’objectif du dropshipping n’est pas de vendre un produit à 100 € et ensuite le commander à 5 € sur AliExpress. Autrement dit, il ne faut pas seulement concentrer ses efforts aux gains que l’on peut obtenir. Il existe bien d’autres aspects à prendre en compte. Je vais vous en parler plus bas, mais d’abord, voyons ensemble si le dropshipping est vraiment légal ou non.

Faire du dropshipping : est-ce une pratique légale ou non ?

La réponse à cette question est « oui ». Le dropshipping est une activité légale tant qu’elle est déclarée au registre des sociétés. Cela peut être une activité commerciale ou un auto-entreprenariat. Donc, s’il y a une poursuite, c’est parce qu’il y a peut-être autre chose derrière. Aussi, il doit y avoir un contrat de dropshipping qui vient définir les droits et les devoirs du commerçant en ligne et du fournisseur.

Vous vous demandez maintenant : « qui sera tenu comme responsable en cas de problème : le e-commerçant ou son fournisseur ? » Eh bien, selon l’article L121-20-3 du code de la consommation :

« Le professionnel est responsable de plein droit à l’égard du consommateur de la bonne exécution des obligations résultant du contrat conclu à distance, que ces obligations soient à exécuter par le professionnel qui a conclu ce contrat ou par d’autres prestataires de services, sans préjudice de son droit de recours contre ceux-ci ».

Autrement dit, c’est l’e-commerçant qui est responsable du suivi de chaque commande et non son fournisseur. Par contre, en cas de litige, la responsabilité de ce dernier doit être définie dans le contrat de dropshipping.

Les mauvaises pratiques du dropshipping

Étant donné que la gestion du commerce est plus simplifiée, car elle ne nécessite pas de gestion des stocks, ni des livraisons, d’autant plus que la création d’une boutique en ligne devient de plus en plus à la portée de tous, la pratique du dropshipping explose littéralement aussi bien pour le meilleur que pour le pire. Donc, je vous présente ici quelques exemples des mauvaises pratiques récurrentes :

Surgonfler le prix initial

C’est sûrement la première mauvaise pratique du dropshipping : l’on vous fait croire à une bonne affaire en affichant un prix très bas et en barrant le « supposé prix initial ». À titre d’exemple, sur sa boutique en ligne, un dropshipper propose une montre à 60 € au lieu de 400 €. Alors que la montre n’a jamais valu ce prix, car son fournisseur la vend seulement à une dizaine d’euros.

Mentir sur la qualité et l’origine du produit

Ce type de réduction va souvent de pair avec la pratique commerciale déloyale. Cette fois-ci, le dropshippeur essaie d’appuyer son argument de prix avec des mensonges sur l’origine et la qualité du produit. Dans mon exemple, peut être qu’il va dire que la montre est d’origine suisse, le pays fabricant de l’horlogerie haut de gamme. Ainsi, il induit ses clients en erreur, car au final, la montre achetée ne correspond pas à ce qu’il propose réellement.

Faire exprès de ne pas déclarer son activité

La déclaration de son activité est la toute première étape de création d’entreprise. Pourtant, certains dropshippeurs font exprès de ne pas la réaliser afin d’échapper à leur responsabilité en cas de plainte déposée par des clients auprès de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) ou de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCF).

En effet, tous les sites internet doivent avoir un numéro SIRET qui doit être affiché clairement dans les mentions légales. Donc, s’il n’y a pas de SIRET, il n’y aura pas de responsables. Toutefois, cette mauvaise pratique est sanctionnée par la Loi de Confiance dans l’Économie numérique (article 6).

Comment faire du dropshipping ?

Ici, je m’adresse aux débutants qui souhaitent faire du dropshipping une véritable activité pour gagner de l’argent sur Internet. En effet, c’est un long processus qui exige beaucoup de travail. Premièrement, il faut créer un site e-commerce. Ensuite, vous devrez trouver des fournisseurs en dropshipping et enfin, mettre en place une stratégie de vente efficace.

Créer un site dropshipping

Il me semble important de souligner que les solutions SAAS sont les plus appréciées par de nombreux débutants pour créer un site dropshipping. La plupart d’entre elles proposent des fonctionnalités standards et facturent un abonnement mensuel avec une commission sur votre chiffre d’affaires.

En effet, l’avantage indéniable des solutions SAAS réside dans le fait qu’elles proposent un module qui permet d’accéder rapidement à des fournisseurs en dropshipping tels qu’Aliexpress ou BigBuy. Ainsi, il vous suffit de quelques clics pour créer votre boutique en ligne et importer vos produits à vendre sur internet.

Shopify et Dropizi sont les plus reconnus comme solutions SAAS. Si vous voulez mon avis, l’outil Shopify est un très bon outil, mais beaucoup de personnes font la promotion de Shopify parce qu’ils touchent des commissions d’affiliation.

Donc, je propose plutôt Dropizi pour créer un site dropshipping. Le tarif d’abonnement mensuel est de 27 €. De plus, il propose 10 modules de formation gratuite sur la création des pages et des campagnes publicitaires sur Facebook et sur le référencement naturel de votre boutique en ligne. Ce qui constitue un atout de plus par rapport à Shopify ou Prestashop.

Par contre, il est également possible d’utiliser WooCommerce, car c’est tout aussi efficace et moins cher. Si vous voulez un accompagnement personnalisé pour mettre en place cet outil d’e-commerce le plus populaire et le plus complet, n’hésitez pas à vous abonner à ma formation « vivre du dropshipping en 7 heures par semaine ».

Bien choisir les fournisseurs en dropshipping

La seule raison pour bien choisir vos fournisseurs en dropshipping, c’est que cela vous permet d’éviter de mauvaises surprises et de dégrader l’image de votre boutique en ligne. Donc, premièrement, je vous conseille de ne pas vous contenter d’un seul fournisseur.

Ensuite, qu’il soit en Chine, au Canada, en France ou ailleurs dans le monde, il est toujours recommandé de vous renseigner préalablement sur les producteurs de produits que vous souhaitez vendre. N’hésitez pas à les contacter pour savoir s’ils pratiquent du dropshipping ou non.

Ici, l’idée est de ne pas se jeter sur les premiers fournisseurs trouvés sur Google, car ils sont forcément surexploités. Pire encore, certains d’entre eux peuvent avoir une mauvaise réputation. C’est pourquoi j’ai dit que vous devrez prendre le temps de bien vous renseigner.

Il est également possible de contacter directement des petits producteurs français et leur proposer un partenariat en dropshipping. Tout ça pour vous dire qu’Aliexpress n’est pas le seul chemin pour réussir en dropshipping et qu’il faut surtout éviter la dépendance à un seul fournisseur. Si jamais il change les règles du jeu, c’est toute votre activité qui sera mise en jeu.

Savoir vendre en dropshipping

C’est l’étape la plus importante lorsqu’on fait du dropshipping. Outre la question du référencement naturel de son site e-commerce, il faut également apporter de la valeur pour vos clients si vous voulez que votre activité soit rentable sur le long terme. Par exemple, si vous proposez un prix moins cher, vous devrez soulever les doutes de vos clients en apportant un argument convaincant sur la qualité des produits : des photos réelles, des fiches produits descriptives et non commerciales, etc.

Il ne faut pas non plus courir après l’argent et prendre des marges de x10 ou x20 sur des produits bas de gamme. Il faut trouver le juste prix pour chacun de vos produits, car les internautes savent très bien comment juger le bon rapport qualité/prix en faisant tout simplement quelques recherches avant d’effectuer leur achat.

En outre, vous devrez rester actif en ligne pour répondre à vos clients. Il est même possible d’automatiser certaines tâches comme le suivi des colis effectué par vos clients afin de les tenir toujours informés sur le statut de leur colis. Cela leur garantit votre sérieux et votre professionnalisme.

Comme toute activité e-commerce, il est également possible d’engager un partenariat avec les influenceurs et/ou de mettre en place une campagne de publicité Facebook pour booster vos ventes. Dans ma formation sur le dropshipping, je vous accompagne de A à Z sur cette technique de vente en dropshipping. Quoi qu’il en soit, l’idée est d’être honnête et d’éviter d’induire les clients en erreur. C’est la seule façon de pérenniser votre projet dropshipping.

Bien évidemment, tout ce qui a été dit est loin d’être exhaustif. Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à les laisser dans les commentaires. Et si vous êtes prêts à vous lancer dans le dropshipping et que vous avez besoin d’un accompagnement pour réussir votre projet, je vous invite à découvrir ma formation.